Lu ailleurs /// Écrit de soi et combat politique. Les Mémoires de Jeanne d’Albret, reine de Navarre

Écrit de soi et combat politique. Les Mémoires de Jeanne d’Albret, reine de Navarre
Par Bruno Tolaïni, dans RIEF, revue italienne d'études françaises

Les Mémoires de Jeanne d’Albret ont été rédigés après l’irritation provoquée par la paix de Longjumeau en 1568.
La reine de Navarre rédigea alors, à l’attention de Catherine de Médicis et du roi Charles IX, le récit d’une partie de sa vie, proposé comme un violent réquisitoire à l’encontre de ses ennemis.

En tant que fervente protestante et autorité morale de ses coreligionnaires, Jeanne agit par la plume. Il s’agissait de justifier son implication nouvelle dans les conflits et de légitimer l’armement des protestants. Ce texte, aux choix rédactionnels singuliers, porte en lui le changement survenu après le second conflit dans le royaume de France : la politisation des affrontements.

Lire l'intégralité de l'article dans RIEF, revue italienne d'études françaises (Bruno Tolaïni, « Écrit de soi et combat politique. Les Mémoires de Jeanne d’Albret, reine de Navarre », Revue italienne d’études françaises [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015

 

Découvrez des documents relatifs à Jeanne d'Albret dans les collections PIRENEAS