Dans nos fonds /// Livre d'heures, manuscrit enluminé du XVe siècle

Livre d'Heures probablement à l'usage de Tours /// Manuscrit enluminé du XVe siècle
Biblithèque Patrimoniale - Usine des Tramways, cote Ms123

Le livre d'heures était un livre de prière à destination des laïcs utilisé pour la dévotion personnelle. En 1963, la Bibliothèque Municipale de Pau [Médiathèque André Labarrère] fait l'acquisition d'un livre d'heures enluminé du XVe siècle.

 

Ce manuscrit de 126 feuillets, est relié en maroquin marron d'origine, au décor estampé à froid.

 


Ms 123, plat supérieur

 

Le manuscrit  de la seconde moitié du XVe siècle, est daté à la fois par son écriture et le style de son ornementation, mais aussi grâce au Livre de raison (Registre de comptabilité domestique transmis de génération en génération) écrit sur les derniers feuillets de parchemin restés vierges à la fin du texte liturgique, qui commence en 1470 jusqu'en 1598 :

 

« Noble Homme Jehan le Jeune fut monseigneur le prince de Beaujeu estoit fiz de feu noble homme Thassart le Jeune et Damoyselle Catherine Potelle demourans à Brigourt en Arthois et déjà avait estouit faict escuier les 26 et 27e jours d'Octobre 1470 ».

Au feuillet suivant on lit :

« Le XXVIIe jour de février mil CCCC LXXVIII (1478) nasquit Loys le Jeune filz de noble homme Jehan le jeune escuier … fut baptisé sur les fons sainct Pierre pillier et furent les parrins monseigneur de Saint Venant chevalier natif du comté d'Artois et maistre Jehan loppin conseiller de la court laye de Tours et madame femme de Arnoul nise et le tint au nom de Madame Anne de France femme de monseigneur de Beaujeu. »

 

Anne de France, fille aînée de Louis XI qui épousa en 1476 Pierre de Beaujeu, fils de Charles Ier de Bourbon et d'Agnès de Bourgogne et qui devint Pierre II Duc de Bourbon. Anne fut régente pendant la minorité de Charles VIII.

L'ouvrage, propriété d'une famille tourangelle, est apparenté à la famille royale et ces indications le rendent d'autant plus précieux.

C'est dans le calendrier que nous pouvons définir le lieu d'origine (à l'usage de Tours) grâce aux saints particuliers à la région :

 


Janvier
Saint-Julien
évêque du Mans

Mars
Saint-Aubin
évêque d'Angers

Mai
Saint-Gatien
évêque de Tours

Septembre
Saint-Maurice
(la cathédrale de Tours
lui est dédiée)

Novembre
Saint-Martin
évêque d'Orléans

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le calendrier, viennent les Heures avec les enluminures au début de chacune d'elles.

Les Heures de la Vierge, de part leur importance (feuillet 13 au 58) indiquent que le livre est dédié à Marie. La miniature représente l'Annonciation.
 

Après les heures de la Vierge, celles de la Croix,  illustrées par la Crucifixion.
 

Les Heures du Saint-Esprit commencent par la Pentecôte. Au dessus de la Vierge, assise sur un trône drapé de pourpre,  au milieu des apôtres  plane  la colombe du Saint Esprit tandis que les langues de feu tombent sur l'assemblée.
 

Les Psaumes de la Pénitence, David s'accompagnant de la lyre,  sont suivis, comme toujours des Litanies dont l’ordonnance est du plus bel effet décoratif.
 

La dernière miniature illustre l'Office des Morts. La Mort porte la faux sur l'épaule gauche et des flèches dans la main droite. Elle marche à grands pas dans un paysage d'été aux arbres couverts de feuilles. Un beau château domine la forêt.

 


L'ouvrage est consultable à la Bibliothèque Patrimoniale, Usine des Tramways, sous la cote Ms123.

Notice rédigée d'après les notes de  Marcelle Bouyssi, conservateur d'état (1903-1978). (Nécrologie de Marcelle Bouyssi)